Mardi 11 juin 2024

Un cœur qui cherche Dieu

Maintenant, mon cœur, adresse-toi à Dieu : « Je me tourne vers ton visage ; c’est ton visage que je veux, Seigneur ! » Et toi, Seigneur mon Dieu, instruis mon cœur, dis-lui où et comment te chercher, où et comment te trouver. Seigneur, si tu n’es pas ici, où te chercherais-je absent ? Mais si tu es partout, pourquoi ne te vois-je pas présent ? Certes, tu habites une lumière inaccessible, et où est-elle, cette lumière inaccessible ? Comment pourrais-je l’atteindre ? Qui m’y conduira et m’y introduira, pour que je te voie en elle ? …Que peut faire ton serviteur, tourmenté de ton amour et rejeté loin de ta face ? Je suis fait pour te voir, et je n’ai pas encore fait ce pour quoi je suis fait !… Apprends-moi à te chercher et montre-toi à celui qui te cherche, car je ne puis te chercher si tu ne me l’apprends, ni te trouver si tu ne te montres !

Que je te cherche en te désirant, que je te désire en te cherchant, que je te trouve en t’aimant, que je t’aime en te trouvant. Je n’essaie pas, Seigneur, de pénétrer ta profondeur, car je n’y compare aucunement mon intelligence, mais je désire entrer quelque peu en ta vérité, à laquelle mon cœur donne sa foi et son amour. En effet, ce n’est pas que je cherche à comprendre pour croire, mais je crois pour comprendre, car je crois aussi que je ne comprendrai pas sans d’abord croire. Et donc, Seigneur, toi qui donnes l’intelligence à la foi, donne-moi, autant que tu sais qu’il convient, de comprendre que tu es, ainsi que nous le croyons, et que tu es ce que nous croyons.

Saint Anselme (1033-1109), Proslogion, ch. I

MÉDITER :

Hier, nous aurons compris le saut à la fois raisonnable et confiant que Dieu nous demande, et dont il nous rend capables, pour que nous puissions mener vie commune avec lui. Si nous faisons ce saut, c’est lui qui va maintenant nous conduire : Seigneur mon Dieu, instruis mon cœur, dis-lui où et comment te chercher, où et comment te trouver !

À tout moment d’une vie de foi, dès que l’on revient sur soi, on retombe dans le brouillard : Certes, tu habites une lumière inaccessible, et où est-elle, cette lumière inaccessible ? Mais dès que l’on recommence à se tourner vers Dieu (dès que mon cœur te donne sa foi et son amour), cessant de comprendre pour croire, on se met à croire pour comprendre, et l’on grandit dans l’intelligence de la foi.

C’est dans cette attitude que nous allons voir maintenant s’ouvrir une à une les portes du mystère chrétien, qui tient tout entier dans cette vie commune entre Dieu et nous.

L´Auteur :

Anselme (Saint, 1033-1109)

Né à Aoste en Italie, prieur puis abbé de l’abbaye du Bec en Normandie, archevêque de Cantorbéry en 1093, d’où il connut l’exil pour sa défense des droits de l’Église. Dans la tradition de saint Augustin, son modèle, il associe une vaste culture, notamment philosophique, à une grande sensibilité spirituelle. À ce double titre, il est le maître de la première scolastique, celle des monastères, un siècle avant le déplacement de la pensée chrétienne vers les universités urbaines.