Vendredi 21 janvier 2022

sainte Agnès

Le signe de la croix

Pourquoi crains-tu de prendre la croix, par laquelle on parvient au Royaume ?

En la croix le salut, en la croix la vie, en la croix la protection contre les ennemis, en la croix la venue de la douceur d'en haut, en la croix la force de l'intelligence, en la croix la joie spirituelle, en la croix le sommet de la force, en la croix la perfection de la sainteté.

Il n'y a point de salut pour l'âme ni d'espérance de vie éternelle sinon dans la croix.

Prenez donc votre croix et suivez Jésus, et vous parviendrez à la vie éternelle.

Il t'a précédé portant sa croix, il est mort pour toi sur la croix afin que tu portes toi aussi ta croix, et que tu désires mourir sur la croix.

Car si tu meurs avec lui, tu vivras également avec lui ; et si tu partages ses épreuves, tu partageras aussi sa gloire.

Ainsi tout est dans la croix, et tout consiste à mourir. Il n'y a de voie pour la vie et la paix intérieure authentique que celle de la sainte croix et de la mortification quotidienne.

Va où tu veux, cherches ce que tu veux : tu ne trouveras aucune voie plus élevée vers le haut ni plus sûre vers le bas, que la voie de la sainte croix.

Thomas a Kempis (1379-1471), Imitation de Jésus-Christ, II, 12

MÉDITER :

Nous craignons la croix ? Mais Jésus aussi l'a redoutée : "Maintenant je suis bouleversé..." Nous voudrions l'éviter ? Mais Jésus aurait voulu l'éviter : "Dirai-je : Père, délivre-moi de cette heure ?" Tout cela, pour que nos croix, inévitables depuis le péché, soient précédées, et comme absorbées, par la sienne : "Il t'a précédé portant sa croix, il est mort pour toi sur la croix afin que tu portes toi aussi ta croix, et que tu désires mourir sur la croix. Car si tu meurs avec lui, tu vivras également avec lui."

Où que nous allions, nous rencontrerons la croix. Il dépend de nous qu'elle soit un lieu de mort sans le Christ, ou un lieu de vie avec le Christ.

L´Auteur :

Thomas a Kempis (1379-1471)

Né à Kempen (au nord de Cologne), Thomas passe son adolescence à Deventer, chez les Frères de la Vie commune (autour de Gérard Groote et Florent Radewijns), foyer de la  "Dévotion moderne" : dans la ligne de Ruusbroec l'Admirable († 1381), les Frères y cultivaient à la fois l'intériorité qui s'épanouira chez les mystiques espagnols, et l'étude des grands auteurs de la Tradition. Entré chez les chanoines réguliers du Mont-Sainte-Agnès, près de Zwolle (maison de la très importante congrégation de Windesheim, toujours dans la filiation de Ruusbroec), c'est comme maître des novices que Thomas y rédige des milliers de pages de méditation et de formation spirituelle, dont l'Imitation de Jésus-Christ, l'un des livres les plus diffusés de l'histoire de l'humanité.